Mort subite du nourrisson : facteurs de risques et prévention

bébé dort paisiblement dans son lit
Bébé dort paisiblement dans son lit

Qu’est-ce que le syndrome de la mort subite du nourrisson ?

Selon Institut de Veille Sanitaire – (enquête nationale 2007-2009), la MSN est un décès inexpliqué d’un enfant de moins de 1 an, survenant apparemment pendant le sommeil mais qui reste sans explication après des investigations postmortem.

Certains spécialistes, comme l’équipe du Dr  Kinney de la faculté de médecine de l’université d’Harvard, mettent en cause un faible taux de sérotonine. Cette molécule joue un rôle dans la régulation du sommeil, de la température corporelle, de la respiration et du rythme cardiaque. Cependant depuis 1994, le taux de mortalité à chuté grâce à la campagne des autorités de santé américaines, qui ont incités les parents à faire dormir leurs enfants sur le dos et non plus sur le ventre.

La mort subite d’un bébé n’a donc pas systématiquement d’explications, 25 % des cas restent inexpliqués. Malgré cela, plusieurs précautions sont à prendre et certains facteurs sont à connaître.

Quels sont les facteurs de risque et comment prévenir ?

Le couché dorsal est primordial, il permet d’éviter la respiration d’un air confiné, l’étouffement par recouvrement ou encore la diminution des échanges thermiques. Il faut également s’abstenir de coucher son enfant sur le côté en raison d’un risque de basculement.

De plus, il est conseillé de faire dormir bébé sur un matelas ferme et non encombré par toutes sortes de peluches, couvertures ou oreillers.

Le tabagisme passif est très dangereux, fumer pendant la grossesse peut endommager le cerveau du bébé et fragiliser sa respiration. Même après la naissance il est conseillé de ne pas fumer, cela peut abimer davantage ses poumons.

Le bébé peut également avoir des problèmes de respiration ou des difficultés pour réguler sa température s’il est habillé trop chaudement ou s’il dort dans une pièce surchauffée. Il est donc conseillé de le vêtir seulement d’un body, de ne pas lui mettre d’objets autour du cou, ni bijoux, ni accroche tétine et de le faire dormir dans une chambre qui ne dépasse pas les 20 degrés. La fièvre peut également endommager son organisme.

Un manque d’oxygène ou d’alimentation durant la grossesse peut aussi ralentir la croissance du bébé et l’empêcher de respirer seul. Le nourrisson peut aussi être fragilisé après une infection virale, il sera gêné pour respirer si ses voix sont encombrées. Chez certains enfants la respiration se fait plus tard, et entraine parfois des carences en oxygène.

Enfin il est conseillé de faire chambre commune avec son bébé durant les 6 premiers mois au moins, en le laissant dormir seul dans son propre lit. Cela permettra de minimiser les risques de mortalité.

Aux États-Unis, 3 500 nourrissons meurent chaque année dans leur sommeil en raison de ce syndrome. Il s’agit de la troisième cause de décès infantile.

 

Noémie BIGEREL
Rédactrice web

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Mort subite du nourrisson : facteurs de risques et prévention”